TAILLEUR POUR DAMES BY GEORGES FEYDEAU- LA TROUPE DU THEATRE RAYMOND KABBAZ

TAILLEUR-POUR-DAME.png
 
 

May 30th & 31st- 7:30 pm

IN FRENCH

In Belle Époque Paris, the recently married Dr. Moulineaux tells "one, tiny, little, hardly noticeable lie" to cover an innocent but embarrassing indiscretion. From that single untruth tumbles a cascade of increasingly convoluted deceptions, misunderstandings and mistaken identities, all adding up to a hilariously zany and infectiously charming farce.

Dans le Paris de la Belle Epoque, le Docteur Moulineaux raconte “un petit, minuscule mensonge à peine visible” pour couvrir une indiscrétion innocente mais embarrassante. De cette simple contre-vérité découle une cascade de tromperies, d’incompréhensions et d’erreurs d’identité de plus en plus alambiquées. Cette recette explosive résulte en une farce désopilante, attendrissante et empreinte d’une certaine folie douce.

Georges Feydeau was born in Paris on December 8, 1862, the son of novelist Ernest-Aimé Feydeau and a Polish woman. He found his first success at the age of twenty-four with TAILLEUR POUR DAMES (LADIES' DRESSMAKER, 1886). Feydeau began a study of great farces in 1890, studying the works of Eugène Labiche, Henri Meilhac, and Alfred Hennequin. This study brought him success with his play CHAMPIGNOL MALGRÉ LUI (CHAMPIGNOL IN SPITE OF HIMSELF, 1892). Following this, Feydeau made a name for himself both in France and abroad. Among his sixty plays are his famous UNE PUCE À L'OREiLLE (A FLEA IN HER EAR, 1907), LA DAME DE CHEZ MAXIM (THE GIRL FROM MAXIM'S, 1899), and HORTENSE A DIT: "J'M'EN FOUS!" (HORTENSE SAYS, "I DON'T GIVE A DAMN!," 1916). Other notable Feydeau farces are L'HÔTEL DU LIBRE ÉCHANGE (translated as HOTEL PARADISO, 1894) and LE DINDON (SAUCE FOR THE GOOSE, 1896).

Georges Feydeau est né à Paris le 8 décembre 1862, du romancier Ernest-Aimé Feydeau et d’une mère polonaise. Son premier succès théâtral arrive à 24 ans avec TAILLEUR POUR DAMES (1886). En 1890, Feydeau entreprend une étude des grandes farces populaires, notamment les oeuvres de Labiche, Meilhac ou encore Hennequin. De cette étude naît la pièce à succès CHAMPIGNOL MALGRE LUI (1892), et dans son sillon la renommée nationale et internationale. Parmi ses soixante pièces se distinguent UNE PUCE A L’OREILLE (1907), LA DAME DE CHEZ MAXIM (1899), et HORTENSE A DIT: "J'M'EN FOUS!" (1916). Citons également les farces L'HÔTEL DU LIBRE ÉCHANGE (1894) et LE DINDON (1896).